Maison de la poésie Revue L’Arbre à Paroles Imprimerie Le CEC Plume et Pinceau Auteurs en Résidence Le Théâtre Galerie expo
 
 
 

Une odeur d'avant la neige - Paul Farellier


ISBN : 978-2-87406-463-0
Nombre de pages : 74
Parution : 2010
Auteur : Paul Farellier
Titre : Une odeur d'avant la neige
Collection : L'Arbre à paroles
Format : 13 X 20
Prix : 12 € (frais d'envoi inclus)

 
 
L'auteur

Paul Farellier est né à Paris en 1934. Sa production poétique couvre une quarantaine d’années, à partir de la fin des années soixante.
Il collabore à de nombreuses revues, pour des poèmes mais aussi des chroniques, notes et études, notamment et de façon régulière à La Revue de Belles-Lettres (Genève) et à la revue Les Hommes sans Épaules, au sein de son comité de rédaction. Il est membre du jury du Prix Louis Guillaume du Poème en Prose
Publications :

L’Intempérie douce, Le Pont de l’Épée, 1984 – L’Île-cicatrice, suivi de L’invisible grandit, Le Pont de l’Épée, 1987 – Une main si simple, Le Pont sous l’eau, 1989 – Où la lumière s’abrège, La Bartavelle éditeur, 1993 – À l’obscur et au vent, L’Harmattan, 1996 – Dans la nuit passante, L’Arbre à paroles, 2000 – Tes rives finir, L’Arbre à paroles, 2004 – Parlant bas sur ciel, L’Arbre à paroles, 2004 – Vintages – Rétrospective 1968-2007, Librairie-Galerie Racine, 2008.

Le livre :

Dans «l’inachevé du monde», à ce rang singulier où nous laisse la mort de ceux qui nous précèdent en elle, dans une lucidité étrangère à la complaisance autant qu’à l’amertume mais qui, au contraire, «devant ce rien où s’achève le vivre» et où «il [ne] reste [que] l’os et la nuit», trouve à aimer encore, à aimer mieux peut-être, Paul Farellier nous offre une parole d’une grande intensité et d’une rare délicatesse, celle de ceux qui ont su maintenir vive en eux l’attention au plus ténu et au plus silencieux.

Véronique Daine

Extrait :

Une odeur d’avant la neige :

le jour n’a plus qu’un bord.
On respire froid

son poumon de branches mortes.
Craquements mouillés,
répliques
de l’intouchable.
On attend ;
à humer l’écho

on allonge le temps.