Maison de la poésie Revue L’Arbre à Paroles Imprimerie Le CEC Plume et Pinceau Auteurs en Résidence Le Théâtre Galerie expo
 
 
 

Un tailleur d'allumettes - Denys-Louis Colaux


ISBN : 978-2-87406-457-9
Nombre de pages : 108
Parution : 2009
Auteur : Denys-Louis Colaux
Titre : un tailleur d'alllumettes
Collection : L'Arbre à paroles
Format : 13 X 20
Prix : 12 € (frais d'envoi inclus)

 
 
L'auteur

Né le 20 juillet 1959. Il a reçu les prix littéraires suivants : Prix émile Polak de l’Académie Royale de Littérature et de Langue française de Belgique pour l’ensemble de ses recueils, 1994. Premier Prix Concours «Scénarios contre le racisme et l’extrême-droite», Romulus Films & Horizon 2000, 1995. Deuxième prix «Opération Coup de plume», Centre Bruxellois d’Action Culturelle, 1996. Prix Franz de Wever de l’Académie Royale de Littérature et de Langue françaises de Belgique pour son recueil «Le Galop de l’Hippocampe», 1998. Premier Prix concours «Un auteur / Une voix», Radio Télévision Belge francophone (RTBF), 1998. Grand Prix de la Communauté française de la nouvelle, 1999..
Dernières publications :

Nelly Kaplan, portrait d’une flibustière, Dreamland éd., 2002 – Je hais les poètes vivants suivi de Circus, éd. Maelström, 2003 – L’arbre d’Apollon (roman coécrit avec Otto Ganz), éd. Maelström, 2002 – Descentes dans le maelström, ouvrage collectif, éd. Maelström, 2002 – Grandes Machines et spéculations introspectives (autobiographie carnavalesque), éd. Labor, 2003 – Nelly Kaplan, Le verbe et la lumière, éd.L’Harmattan, 2004 – Errances bruxelloises, éd. du Cygne, 2005 – Anonymes, éd. du Cygne, 2008.
Livret poétique de l’album musical Obsession… Airs, Line-up : Vincent Rouard (piano) – Didier Laloy (accordéon diatonique) – Marc Docquir (piano), 2007.

Le livre


Si vous avez l’air de grands cochons devant l’aube ; si vous brûlez au graal affolé du soleil ; si encore vous rêvez à la poésie comme à la force des écluses ou si vous êtes toujours en pourparlers avec la parole… si vous vous sentez éternel parce que vous répétez la disparition, c’est que vous acceptez d’être du petit nombre de ceux qui ne sont pas élus, car vous vous détenez vous-même.
«Souriez, vous êtes vus», prévient l’auteur. Sardonique et savoureuse, la poésie de D-L Colaux est comme le shampoing chauve et le passage admirable de la femme : flagrante.

Guy Léga

Extraits

Tout est vrai

La poésie est ma maison
bien que je n’en possède pas la clé
mon bungalow aux cents rideaux tirés
ma caravane de quatre boussoles

La baleine d’eau douce qui m’héberge et porte à son front
fiché comme un harpon
le pavillon noir que je n’ai pas baissé
mais dont j’ai quelquefois
rapiécé l’étoffe

c’est ma coquille de petit prophète
mon bouge où les fautes font fête
c’est le cloître de mon harem