Maison de la poésie Revue L’Arbre à Paroles Imprimerie Le CEC Plume et Pinceau Auteurs en Résidence Le Théâtre Galerie expo
 
 
 

Un chevreuil dans le sang - Béatrice Libert


ISBN : 978-2-87406-583-5
Nombre de pages :
Parution : mai 2014
Auteur : Béatrice Libert
Titre : Un chevreuil dans le sang
Collection : anthologie
Format : 12 X 20
Prix : 15 € (frais d'envoi inclus)

 
 
  Écrire avec du bruit
pour en faire du silence
Écrire avec la clef
qui n’a plus de maison
Écrire avec le pas
sur la route du manque
Écrire avec la main
de l’enfant mutilé
(…)
Le présent volume réunit Lalangue du désir et du désarroi (1995), Le Bonheur inconsolé (1997), Amay, L’Arbre à paroles, et L’Instant oblique, Paris, L’Oreille du Loup (2009). Quatorze années séparent le plus ancien du plus récent. En relisant l’ensemble, on est frappé par une double cohérence. D’une part, chaque livre obéit à une nécessité interne en présentant sa propre construction, son modèle formel, sa titrologie, etc. D’autre part, au-delà de ces entités distinctes, le lecteur retrouve, d’un recueil à l’autre, la même voix, la même évidence et les mêmes préoccupations. (…)

Extrait de l’avant dire de Laurent Demoulin.


Béatrice Libert est l’auteur de poèmes, essais, récits, nouvelles, roman, livres d’artistes et pour la jeunesse. Elle dirige, en outre, deux collections aux éditions Couleur Livres. Elle a fondé le Festival des arts à Cointe, dans un quartier de Liège où elle vit. Formée aux arts de la parole, elle donne des lectures scéniques, accompagnée de musiciens. Elle pratique les arts plastiques et anime des ateliers d’écriture.
Site personnel : www.beatrice-libert.be

***

Association Royale des Ecrivains et Artistes de Wallonie

***

CHRONIQUE POUR «  LES BELLES PHRASES » DU SAMEDI 31 mai 2014

Béatrice Libert propose dans « Un chevreuil dans le sang » (L’Arbre à paroles) une anthologie restreinte de trois recueils (1991/1997/2009), qui donne assez bien la teneur en thèmes personnels et les qualités d’une écriture versée surtout dans la poésie dense et brève. « Lalangue du désir et du désarroi », « Le bonheur inconsolé » et « L’instant oblique » sont trois étapes d’un parcours qui a commencé dès 1979 et qui, depuis, n’a cessé de donner formes essentiellement à des poèmes d’intime fréquentation, pourrait-on dire.  « Un chevreuil court dans mon sang » du premier recueil fêté ici par un préfacier de renom, Laurent Demoulin, offre le titre de l’ensemble. La femme mise à l’honneur dans toutes ses préoccupations, du matin à « la fin du poème », se révèle, dans l’amour, dans la lucide préhension du temps compté, de la marche raisonneuse (« Tu marches/ et c’est ton pas qui/ donne sens à la route »), de l’ancrage en son temps (« Il pleut de l’anonyme en nous »).
Les formules sont heureuses et le travail précis, autour des images de nature et d’intérieur :
« l’arbre guéri de l’arbre »
ou
« La mort n’est plus la mort si je rouvre les yeux »


Philippe Leuckx