Maison de la poésie Revue L’Arbre à Paroles Imprimerie Le CEC Plume et Pinceau Auteurs en Résidence Le Théâtre Galerie expo
 
 
 

Sans temps ni coeur - Clélia Van Lerberghe


ISBN : 978-2-87406-448-7
Nombre de pages : 62
Parution : 2009
Auteur : Clélia Van Lerberghe
Titre : sans temps ni coeur
Collection : L'Arbre à paroles
Format : 13 X 20
Prix : 10 € (frais d'envoi inclus)

 
 
L'auteur

Clélia Van Lerberghe est née en 1983 à Chimay, dans un milieu rural. Elle a étudié avec passion la philosophie à Namur et Louvain-la-Neuve. Elle est actuellement chercheur au Fonds National de la Recherche Scientifique de Belgique et rédige une thèse sur le phénoménologue tchèque Jan Patocka.
Le livre

Un patronyme qui inciterait à écrire – et ce serait vraiment trop facile – qu’après la Chanson d’Eve, il y a un siècle, voici, aujourd’hui, la «Chanson de Clélia». Ceci n’est pas de la chanson, mais un chant grave qui a «douleur au fond des os», un chant nourri de ce «mal d’enfance» qui s’offre tel «un bouquet de roses noires». Placés sous le signe de Maurice Blanchot et alternant proses poétiques et fragments (parce que «le fragmentaire est incendiant»), ces poèmes Sans temps ni coeur nous font découvrir une «parole qui révoque», une «parole qui dévoile» et, avec Clélia Van Lerberghe, un poète qui, dès ce premier recueil, s’impose comme une voix intelligente.

Francis Chenot

Extraits

Passer à côté. Si passage il y a. Si passage est tout ce qu’il y a. Passer à côté et le sentir. Les autres. Plus rien. Je vous aimerai toujours. La souffrance avec. Ardeur de mon coeur. Vous – perdus, en allés, passés. On sera toujours triste d’avoir aimé. C’est un passage qui reste éternellement en vous comme «passé» : tristesse infinie du passage. La tristesse qui vous vit.

L’amour vivant qui ne passe pas, qui vit.
 
 
 
 
****
 
 
 
 
 
 ô nature, nature sans temps ni coeur, nature
à écrire !
L’harmonia : émergence et chute.
Le temps : émergence et éclipse à jamais
vivantes :
l’en-allé demeure dans une nouvelle advenue.
Le coeur ? En surplus : à chercher.
Car il bat sous la loi, là où le rythme ment
s’il n’appelle le Sacré.