Maison de la poésie Revue L’Arbre à Paroles Imprimerie Le CEC Plume et Pinceau Auteurs en Résidence Le Théâtre Galerie expo
 
 
 

S'il existe des fleurs - Cécile Guivarch


ISBN : 978-2-87406-604-7
Nombre de pages :
Parution : juin 2015
Auteur : Cécile Guivarch
Titre : S'il existe des fleurs
Collection : Poésie Ouverte sur le Monde
Format : 13 X 16
Prix : 12 € (frais d'envoi inclus)

A la Une, du Magnum de Décharge sur www.dechargelarevue.com

 
 
Cécile Guivarch est une auteure franco-espagnole née en 1976 près de Rouen. Elle vit à Nantes depuis 2003. Elle anime le site de poésie contemporaine Terre à ciel.

Dernières parutions :
Te visite le monde (2009)
La petite qu’ils disaient (2011)
Le cri des mères (2012)
Un petit peu d’herbes et des bruits d’amour (2013)

les animaux courent devant
pour ne pas être tués
aussi des hommes
courent autant
ils restent chauds
après leur dernier souffle

***

Cécile GUIVARCH, S’il existe des fleurs, L’Arbre à paroles, 2015, 110p., 12€.
par Philippe Leuckx

« Tout tient dans les ruines »
Le passé, filial ou collectif, inspire Cécile Guivarch. La voici, rendant hommage aux poilus de 14 et de toutes les guerres dans des poèmes brefs et intenses (entre tercets et huitains). Le titre trouve justification et profondeur plus loin dans la texture de ce recueil qui énonce sans didactisme ni complaisance, les faits bruts, les séquelles, les traces ineffaçables dans la terre d’une guerre effroyable.
Des « cratères » à la « tombée » des troupes, la poète de quarante ans passe en revue les étapes de la chute funeste.
La beauté et l’émotion lèvent de ce peu de mots tissés pour explorer l’essentiel et en donner même une vision ethnographique : boue, engloutissement, nuit totale, « battement de l’histoire »…
Ces poèmes sont pleins de tombes, à tous les sens du terme : les voilà ces hommes dans leur ultime demeure, leur chute et la poète sait, ô combien, en quelques images sobres, leur offrir ce partage nu et durable, ces « tombeaux » (au sens classique) :
à la bouche ouverte remonte ce goût
de fleurs séchées coquelicots

ici près des oiseaux
des regards se tournent vers le ciel

mais dans le dos une cicatrice ouverte
blessure de guerre et combats épient
Un livre de mémoire, dans le droit fil du beau et grave livre précédent, « Renée, en elle ».