Maison de la poésie Editions L’Arbre à Paroles Revue L’Arbre à Paroles Imprimerie Le CEC Plume et Pinceau Le Théâtre Galerie expo
 
 
 

Résidence - Jonas Ekhr


ISBN : 978-2-87406-454-8
Nombre de pages : 160
Parution : 2010
Auteur : Jonas Ekhr
Titre : Résidence
Collection : Résidences
Format :
Prix : 10 € (frais d'envoi inclus)

 
 
L'auteur :

Né en 1969, à Tübingen (Allemagne, Bade-Wurtemberg), de père français et de mère allemande, Jonas Ekhr vit en France, près de Paris. Il a fait des études en sciences sociales et politiques. La plupart de ses livres sont parus aux éditions de L’Arbre à paroles depuis 1998. Sous le nom de C.J. Sandher, il a fait paraître aux éditions L’Amoirier deux livres : Les Archipels (2000) et Périples (2002). Derniers livres publiés : Te Terrorisait (2005) ; Plus vite (2006) ; et Dois beaucoup (2008) aux éditions de L’Arbre à paroles.
L'ouvrage :

L’auteur prévient. Il s’agit d’un texte/journal. On serait tenté de dire qu’il anticipe sur l’éclatement des genres, puisqu’il s’agit, en principe d’une poésie. Or, si l’on reconnaît une spécificité de chaque forme d’expression, ici nous sommes en présence d’une prose. Cependant qu’elle est construite de manière à faire sentir un rythme, à faire voir sa narativité, par et à travers la répétition systématique. Mais selon une démarche qui inscrit la présence de l’événement, son déroulement, selon une volonté qui conjugue sous tous les angles les circonstances d’une résidence d’auteur. Un souffle étonnant court tout au long du texte, alors que la résidence est l’occasion offerte pour découvrir, et pour conduire le lecteur sur tous les terrains les plus sensibles de notre existence, pour nous ouvrir à ce que la vie dissimule dans les rapports les plus singuliers comme les plus courants qui sont ceux du quotidien.


Extrait :

Tu résideras avaient-ils dit. Tu résideras en résidence avaient-ils dit. Ils n’avaient pas dit surveillée seulement résidence avaient-ils dit. Heureusement pas surveillée je m’étais dit. C’est déjà ça je m’étais dit. Tu résideras donc avaient-ils dit. Tu résideras en résidence avaient-ils dit. En résidence chez nous avaient-ils dit. Chez nous à Amay en Belgique avaient-ils dit. Entre Liège et Namur avaient-ils dit. Plus près de Liège que de Namur c’est vrai avaient-ils dit. Une dizaine de kilomètres d’Huy avaient-ils dit. Sur les rives de la Meuse avaient-ils dit. La rive gauche avaient-ils dit. A la Maison de la poésie avaient-ils dit. Place des Cloîtres avaient-ils dit. Derrière l’église avaient-ils dit. Dans l’appartement au dernier étage avaient-ils dit. Tu y seras bien avaient-ils dit. Je serai bien je m’étais dit. Je résiderai je m’étais dit.