Maison de la poésie Revue L’Arbre à Paroles Imprimerie Le CEC Plume et Pinceau Auteurs en Résidence Le Théâtre Galerie expo
 
 
 

Quelques mains de poèmes - Philippe Leuckx


ISBN : 978-2-87406-551-4
Nombre de pages : 66
Parution : décembre 2012
Auteur : Philippe Leuckx
Titre : quelques mains de poèmes
Collection : L'Arbre à paroles
Format : 13 X 20
Prix :8 € (frais d'envoi inclus)

 
 
Philippe Leuckx est né en 1955 à Havay. Après des études de lettres et de philosophie, il a consacré son mémoire de licence à Marcel Proust. Poète et critique, il collabore à de nombreuses revues littéraires francophones et italiennes. A participé à diverses anthologies. Il est aujourd’hui traduit en italien et en croate.

Dernières parutions :
étymologie du coeur, 2008, Encres Vives (F) – Rome rumeurs nomades, 2008, Le Coudrier. Postface de Walter Geerts – Résistances aux guerres (en collaboration), 2008, CGAL – Périphéries, 2008, Encres Vives (F) – Terre commune (en collaboration), 2009, l’Arbre à paroles – Le coeur se hausse jusqu’au fruit, suivi de Intérieurs, 2010, Les Déjeuners sur l’herbe – Le beau livre des visages, 2010, Bookleg n°67, Maelström – Selon le fleuve et la lumière, 2010, Le Coudrier – Passages,(en collaboration), 2010, l’Arbre à paroles – Piqués des vers, 2010, Espace Nord n°300 – Rome à la place de ton nom, 2011, Bleu d’encre Dans la maison wien, 2011, Encre Vives (F) – D’enfances, 2012, Le Coudrier – Un piéton à Barcelone, 2012, Encres Vives (F) – Au plus près, 2012, éd. du Cygne (F)
L'ouvrage :

Ces «Quelques mains de poèmes» sonnent l’heure d’une parole qui respire toute la tendresse du monde et brille d’une joie enfantine. Ici, le présent investit la page, le regard saisit l’instant et dépasse l’incohérence grise d’une réalité qui nous sépare de ce que nous sommes vraiment. Atravers cette suite de textes courts et accessibles, le poète nous transporte au pays d’une sensation aux mains pleines de désirs et de lueurs à vivre. Une poésie généreuse et dense qui ne comprend que le langage du coeur !

Pierre Schroven


Extrait :


Je ne sais plus le sable
Ma langue a tout enfoui
Le velours est si sombre
Et l’orage au-dedans.