Maison de la poésie Revue L’Arbre à Paroles Imprimerie Le CEC Plume et Pinceau Auteurs en Résidence Le Théâtre Galerie expo
 
 
 

Preuves de la vie même - Pierre Schroven


ISBN : 978-2-87406-445-6
Nombre de pages : 70
Parution : 2009
Auteur : Pierre Schroven
Titre : Preuves de la vie même
Collection : L'Arbre à paroles
Format : 13 X 20
Prix : 12 € (frais d'envoi inclus)

 
 
L'auteur

Poète et critique, Pierre Schroven est né à Charleroi.
Il a une formation de bibliothécaire-documentaliste dans le cadre de laquelle, il a organisé des ateliers d’écriture en collaboration avec des écoles, des musées et maisons des jeunes afin de promouvoir la lecture dans les milieux socialement défavorisés. Après avoir dirigé la revue «Remue-Méninges» et collaboré autrefois à la revue «RegArt» (avec la regrettée Mimy Kinet et Claude Donnay), il fait partie aujourd’hui du comité de rédaction de la revue de l’Arbre à paroles.

Publications en revue
L’Arbre à paroles, Coup de soleil, Décharge, Le Journal des poètes, Inédit nouveau, Le Non-Dit, Pyro, Rétro-Viseur, Le Sabord, Le Spantole…

dernières publications

Paupières-marées, L’Arbre à paroles – Toi, l’instant, L’Arbre à paroles – Contre Jours, L’Arbre à paroles – états d’âme d’un feu, L’Arbre à paroles – Matière d’énigme, L’Arbre à paroles – Chemins du possible, L’Arbre à paroles.
Le livre

Dans ce recueil, il explore une philosophie de vie qui refuse bien des conformismes de la réalité «Un homme dit oui à tout ce qui rompt l’équilibre du monde». Dans un style volontairement populaire, il explose le palpable «Vérité sans visage / Pour faire pencher la terre / Du côté dont on ne peut rien savoir» pour approcher tous les vertiges.

Rio Di Maria

Extrait

J’ai toujours aimé ce qui était un peu bizarre
Enfant
toujours dans les nuages
Je dormais la tête posée contre l’impossible
Ma vie future je la voyais à passer mon temps
à chercher la force d’être ce que j’étais vraiment
Un poème en consonance avec
l’espace le désir et le vent
***

Depuis les temps anciens
Les maîtres zen sont seuls
à percevoir les vives lueurs du monde
Un envol de pigeons sous le soleil d’un ciel orageux
Le bruit d’une cascade invisible au crépuscule
Leur regard semble toujours suivre un mouvement
qui redessine l’espace
Ils regardent sans savoir comment ni quand ni d’où
Et par la grâce d’un seul geste
Enrobent l’univers de mille raisons d’être