Maison de la poésie Editions L’Arbre à Paroles Revue L’Arbre à Paroles Imprimerie Le CEC Plume et Pinceau Le Théâtre Galerie expo
 
 
 

Miroirs du sommeil - Valeriu Stancu


ISBN : 978-2-87406-441-8
Nombre de pages : 72
Parution : 2009
Auteur : Valeriu Stancu
Titre : miroirs du sommeil
Collection : Résidences
Format : 13 X 20
Prix : 10 € (frais d'envoi inclus)

 
 
L'auteur

Valeriu Stancu est né à Iassy (Roumanie) en 1950. Il a fait des études universitaires à la Faculté des Lettres de l'université Alexandru Ioan Cuza de Iassy. Depuis 1983, il travaille à la rédaction de la revue nationale de culture Cronica. Rédacteur en chef de cette revue, il est également directeur de la maison d'édition qui porte le même nom et qui produit plus de 70 titres par an. Depuis 2005, il est le président de l'Union des Ecrivains de Roumanie - la filiale de Iassy. Il a publié en Roumanie, en France, en Belgique et en Allemagne une trentaine de livres : poésies, nouvelles, romans et essais, pour lesquels il a reçu de nombreux prix littéraires. Comme traducteur, notamment du français, il a publié à ce jour plus d'une trentaine de livres.
Le livre

Une succession de scènes où le réel et l’imaginaire s’enchaînent et entretiennent une tension permanente produisant un chant à partir d’une parole désenchantée. De page en page, comme d’image en image, se dévoilent à la fois la vie abîmée et la mort suspecte ; en un mot, tout ce qui les manifeste. Une poésie au plus près de notre époque, mais qui n’oublie jamais les ruines sur lesquelles elle se construit. Non pas une poésie de la nostalgie, mais une poésie proche d’une plainte qui se propage, pour témoigner d’une mémoire envahie par ses spectres, une mémoire qui retrouve dans les instants présents les brûlures du passé. Une ironie traverse ces textes, accordant leur justesse à leur lucidité : « Une corolle / d’intempestives prières, / d’inutiles exordes, / d’inéluctables douanes / galope / vers les icônes des ténèbres. »

Extraits

Les dix commandements et le si conditionnel

Si le Bon Dieu nous avait dit
« Tu auras d’autres dieux que moi ! »,
Il serait resté notre seul dieu.

Si le Bon Dieu nous avait dit :
« Tu tueras tes semblables, tes frères,
tes hypocrites lecteurs ! »,
les gens n’auraient commis
aucun crime de toute leur vie.

Si le Bon Dieu nous avait dit :
« Tu commettras l’adultère ! »,
notre vocabulaire aurait ignoré le mot
débauche.

Si le Bon Dieu nous avait dit :
« Tu voleras les biens de tes semblables, tes frères,
tes hypocrites lecteurs ! »,
aucun voleur ne serait venu au monde.

Si le Bon Dieu nous avait dit :
« Tu convoiteras la maison de ton prochain.
Tu convoiteras la femme de ton prochain,
son serviteur,
sa servante,
son boeuf,
son âne,
tu convoiteras tout
ce qui est à ton prochain ! »,
tous les gens auraient méprisé
le bien d’autrui.

Heureusement, dans son infinie sagesse,
Le Bon Dieu créa l’homme à son image,
À sa ressemblance…