Maison de la poésie Editions L’Arbre à Paroles Revue L’Arbre à Paroles Imprimerie Le CEC Plume et Pinceau Auteurs en Résidence Le Théâtre
 
 
 

Michael Kravagna


Intégrer le travail de Michael Kravagna dans notre projet Terre commune, c’est proposer au public une approche du thème à la fois accessible et subtile (« terrain d’investigation propice à la réflexion, à l’interrogation ou à la contemplation, chaque tableau étant une exploration de l’univers décantée et révélée d’une manière nouvelle » Anne Gersten). C’est la peau de la terre qui nous parle et nous appelle à travers ces évocations de « terres sèches et craquelées, ces sols ravinés, ces ramifications inextricables, ces parcours sinueux de rivières », ces traces dans la neige, brindilles et branches déposées comme autant de signes à lire, à accueillir comme une écriture. Facettes d’une terre vivante aux respirations rythmées, aux vibrations répétées, inlassablement, partitions de signes créés par le roulement des saisons intérieures et des cycles. Fragments d’une terre infiniment arpentée, traversée, contemplée du ciel ou de si près qu’il faut s’y agenouiller jusqu’à la prendre dans ses mains, la respirer, la goûter, l’écouter... Quels sont donc ces murmures qui montent des profondeurs du ventre ? Terre à bercer, à remercier, dont on pressent les moissons lumineuses... La nature y répète à l’infini ses cycles et ses rythmes... On se perd dans les sillons, les grands espaces labourés, on se retrouve dans une toile tissée de lumière, dans de larges pans d’été, dans une trame de fileuse joyeuse, un clair tissage de silence. On devine la promesse du blé, on se sent touché par la nudité de la peau sous la neige, par la fragilité des traces et des éclats, les brisures, les blessures. Force et fragilité, tissages irréguliers, transparence et silence. En écoutant de près, on peut entendre le chant du temps, des journées et des nuits qui traversent les toiles et les champs, on peut entendre aussi le haut chant clair du feu, celui qui fertilise les terres fatiguées et le chant frais du vent qui apaise les colères. Les peintures de Michael Kravagna nous attendrissent dans le sens où elles nous rendent plus tendres, à l’intérieur, et plus humains. On y reconnaît ses racines profondes, celles de la vie qui coule et creuse, souterraine, généreuse, nous anime et nous relie. Face à ces toiles, nous devenons sillon, fine ondulation infiniment répétée, cette humble danse de rivière... Chacun peut y pressentir le mystère de ses sources et de ses origines ...

Agnès Henrard
Vernissage
le vendredi 9 janvier 2009 à 18 h

Verre de l'amitié

Entrée gratuite

8, place des Cloîtres à Amay

du lundi au jeudi de 14h à 16h
le vendredi et le week-end de 14h à 18h

Visites guidées et ateliers pour groupes d'enfants
renseignements et inscriptions :
CEC plume&pinceau
085/31.52.32