Maison de la poésie Revue L’Arbre à Paroles Imprimerie Le CEC Plume et Pinceau Auteurs en Résidence Le Théâtre Galerie expo
 
 
 

Les mots de l'art - Pierre Taminiaux


ISBN : 978-2-87406-527-9
Nombre de pages : 94
Parution : Janvier 2012
Auteur : Pierre Taminiaux
Titre : Les mots de l'art
Collection : L'Arbre à paroles
Format : 10 X 13
Prix :9 € (frais d'envoi inclus)

 
 
De nationalité belge, Pierre Taminiaux est professeur au Département de français de Georgetown University, Washington DC. Il travaille sur les rapports littérature/arts plastiques au XXe siècle.

Publications : Il est l’auteur de plusieurs essais critiques, dont Robert Pinget (Le Seuil, les contemporains) Surmodernités : Entre Rêve et Technique (L’Harmattan, Ouverture philosophique) et The Paradox of Photography : Baudelaire, Breton, Barthes, Valéry (Rodopi, Faux Titre). Il est également poète et artiste plasticien.
L'ouvrage :

Avec «Les mots de l’art», Pierre Taminiaux présente la peinture comme investissement sensible des réalités les plus abstraites, comme perversion du monde ordinaire au profit du monde tel qu’il est ; à savoir, mystérieux et impensable ! Ici, chaque mot semble «glisser» entre les choses et leur représentation pour ébranler notre imaginaire, éclairer l’incohérence de nos habitudes mentales et nous amener à prendre nos distances avec les savoirs constitués et les dogmatismes en tous genres. Bref, ce livre met à mal les prétentions humaines, laisse paraître de la différence à l’état pur, réduit à néant l’ordre de la représentation et peuple le désir d’un mouvement dédié à tout ce qui passe et sans nom demeure…

Pierre Schroven

 

Extrait


 Quand la ligne se met à parler :
L’homme assis est d’abord tombé,
Il s’est relevé et il a vu la fenêtre
Qui le guettait au bout du mur.
Ici les lieux se confondent
À l’intérieur de ce qui naît.
Le même contour ne peut que retourner
àce pressentiment de l’objet vacillant.
Fermer ce que le monde fait apparaître
En un instant trop pressé.
Signification latérale de ce qui ressemble à une image :
Des mots se sont écrits
Au-delà de toute main,
Il y avait quelqu’un qui lisait
Le rayon de lumière crue,
Il le suivait et il le prononçait : vivant.
Près de la table, un autre signe de la science ardente :
Il est l’heure de s’assombrir