Maison de la poésie Editions L’Arbre à Paroles Revue L’Arbre à Paroles Imprimerie Le CEC Plume et Pinceau Le Théâtre Galerie expo
 
 
 

Les mains prononcées - Stéphanie Ferrat


ISBN : 978-2-87406-451-7
Nombre de pages : 50
Parution : 2009
Auteur : Stéphanie Ferrat
Titre : les mains prononcées
Collection : Résidences
Format : 13 X 20
Prix : 10 € (frais d'envoi inclus)

 
 
L'auteur

Stéphanie Ferrat est née à Aix-en-Provence en 1972. Elle vit à Draguignan (Var). Elle est également plasticienne et s’occupe d’une maison d’édition où se rencontrent oeuvres poétiques et oeuvres plastiques, Pavupapri. Elle a publié plusieurs recueils de poésies dont : Viande (éditions Artci-Lab, 2000) ; Jours d’apophyses (Pré Carré, 2002) ; Long sur elle (Propos2 Editions, 2004) ; Rein définitif (L’Attentive, 2004) ; Couvrir la bouche, préface de Jean-Louis Giovannoni, (Le dé bleu, 2004) ; Corps seulement (Remarque, 2005) ; Abîmer le jour (La Lettre volée, 2007). Elle a également publié dans plusieurs revues dont: Propos de campagne, La Canopée, N4728, Le Nouveau Recueil...
Le livre

Des textes brefs donnant une écriture poétique dense, précise, sans excédent. Une écriture poétique pour retrouver cette rigueur si nécessaire dans l’utilisation des mots, tout en dévoilant leur possible fulgurance, l’inédit de leurs surgissements depuis leur alliance. Telle est la première impression que donne à son lecteur les textes qu’il découvre dans ce livre au titre en apparence énigmatique : Les Mains prononcées. Chaque instantané de la parole engage tous les autres, une parole en attente, une parole d’attention face à ce qui est présent, et tout autant, face à ce qui s’échappe à l’instant même de la saisie, de l’oeil ou de la main, avec cet effort permanent de capter ce qui résiste dans ce qui est, comme en témoignent ces quelques mots : quelque chose de silencieux / s’est allongé dans le corps.

Extraits

aux heures véritables
les mains font un travail
que les yeux portent
feu
entre eux
là où le visage se noie


penser
comment sans regard
les mains se tendent
aveugles
tournent en tête
l’air
une voix
les couleurs du jour
résonances des corps isolés