Maison de la poésie Editions L’Arbre à Paroles Revue L’Arbre à Paroles Imprimerie Le CEC Plume et Pinceau Auteurs en Résidence Le Théâtre Galerie expo
 
 
 

Laure Gauthier (France)


Laure Gauthier - en résidence du 6 au 18 juillet 2018

Poétesse, Laure Gauthier accorde une importance particulière à l’énonciation. Elle écrit une poésie pour voix, incarnée mais sans épanchement : marie weiss rot / marie blanc rouge (Delatour, 2013), La cité dolente (Chatelet-Voltaire, 2015) kaspar de pierre (La Lettre volée, 2017), je neige (entre les mots de villon) » (LansKine 2018).

Dans ses textes poétiques, la fragilité et la transparence de l’être entrent en tension avec les obsessions de la société, la violence, l’étouffement du langage poétique, le sacrifice de l’intime, l’obsession photographique, la prolifération des fait-divers comme « fait-diversification » du monde.
La violence faite à la langue menace l’intégrité du texte poétique et influence sa forme : insertion de didascalies et éléments dramatiques dans marie weiss rot / marie blanc rouge (Delatour, 2013) ou faits divers retravaillés qui envahissent le récitdans La cité dolente (Châtelet-Voltaire, 2015). Elle accorde une place particulière à l’énonciation, au statut de la voix poétique : trois voix contre une dans marie weiss rot, les voix de François Villon et de ses « autres » dans « je neige (entre les mots de villon) » (LansKine, 2018), ou encore une voix circulaire qui « saute » par-delà la marge et se déroule par-delà les pages dans Le terme des lamentations (à paraître LansKine 2019).
Ses textes sont également publiés en revues notamment dans Vacarme, Babel heureuse, PLS, manuskripte, Phoenix, Le sac du Semeur, Paysages écrits, Sarrazine ou encore Remue.net.
Ce travail poétique sur la voix se poursuit par une collaboration avec des compositeurs/trices dans la recherche de nouvelles architectures poétiques : « Nun hab’ ich nichts mehr » (commande du Teatro Regio di Parma, créé le 13.10.2016) est une pièce pour soprano coloratura, ensemble et électronique composée par Fabien Lévy ; tandis que « Back into Nothingness » est un monodrame essentiellement parlé pour actrice-soprane, chœur et électronique, composé par Nuria Gimenez-Comas (production Grame cncm et Spirito, coprod. Ircam, Festival Archipel-Genève et TNP) qui sera créé au TNP les 16 et 17 mars 2018. Elle travaille en ce moment avec le compositeur Arturo Fuentes à inventer une nouvelle architecture poétique entre images sonores, textuelles et filmiques pour « Les tournesols noirs », pièce pour ensemble, soprane, électronique et vidéo.