Maison de la poésie Revue L’Arbre à Paroles Imprimerie Le CEC Plume et Pinceau Auteurs en Résidence Le Théâtre Galerie expo
 
 
 

La cinquième veille - Christophe Mahy


ISBN : 978-2-87406-436-4
Nombre de pages : 122
Parution : 2009
Auteur : Christophe Mahy
Titre : La cinquième veille
Collection : L'Arbre à paroles
Format : 13 X 20
Prix : 15 € (frais d'envoi inclus)

 
 
L'auteur

Christophe Mahy est né en 1970 à Charleville-Mézières (France) où il réside actuellement. Il collabore régulièrement au bulletin de La route inconnue, publication de l’association des Amis d’André Dhôtel dont il est membre. Il a dirigé en 2005 la rédaction de la revue littéraire et artistique Les Amis de l’Ardenne.


dernières publications
Lettre posthume à Jean-Marie Le Sidaner, poème, revue de l’Arbre à paroles, n°130, 2006 – À livre ouvert, poème, L’Inédit, n°204, 2006 – L’éclusier de Semuy, nouvelle, La route inconnue, n°14, 2006 – Pas perdus, poèmes, La route inconnue, n°18, 2007 – Sous un ciel de légende, poèmes, l’Arbre à paroles, 2007 – Le club des cancres, l’école de la liberté, chronique, La route inconnue, n°19, 2008 – Hubert Juin, l’esprit du lieu, chronique, Les Amis de l’Ardenne, n°20, 2008 – Jean-Claude Pirotte et l’ombre de Dhôtel, chronique, La route inconnue, n°20, 20
Le livre

C’est une voix qui s’affirme dans ce recueil de Christophe Mahy. Loin des débordements de révolte ou de ressentiment, nous assistons à un recentrement de l’être dans sa recherche de maîtrise du temps, dans sa quête d’une lumière, non pas les éblouissements factices et faciles, mais, en creux, le clair-obscur du quotidien.
La cinquième veille joue sa petite musique, naturellement, et laisse entrevoir les draps tièdes de l’enfance, la cendre apaisée des souvenirs, l’inquiétude d’une route encombrée de génocides, le quotidien dans ce qu’il a de discret ou de débraillé.

Alain Dantinne

Extrait

D’un temps que j’ai pour utopie de retenir,
il reste la fatigue des bruyères
et quelques journées de soleil pour viatique.

Il est automne et des poussières
dans mon miroir rongé d’oubli :
je hèle un pan de lumière

échappé des saisons floues
et pour réchauffer mes soirées,
il me reste le bleu des forêts

qui fait face à la nuit.