Maison de la poésie Revue L’Arbre à Paroles Imprimerie Le CEC Plume et Pinceau Auteurs en Résidence Le Théâtre Galerie expo
 
 
 

L'imparfait de vivre - André Doms




ISBN : 978-2-87406-483-8
Nombre de pages : 126
Parution : 2010
Auteur : André Doms
Titre : L'imparfait de vivre
Collection : L'Arbre à paroles
Format : 13 x 20
Prix : 12 € (frais d'envoi inclus)

 
 
L'auteur

Né à Bruxelles (1932), où il a enseigné, André Doms vit en bord de Meuse namuroise. Nombreux séjours à l’étranger. Poète, essayiste, revuiste, il a publié quelque vingt recueils de traductions-adaptations.
L’oeuvre poétique (1956-2006) a été rééditée en 2008 sous le titre Demeure successive, quatre volumes aux éditions de L’Arbre à paroles, Amay-Liège. Ces mêmes éditions ont réuni l’essentiel de l’oeuvre critique dans les trois volumes de Tenir paroles (1998) et dans Voix et pourvois (2005).
Des ensembles de poèmes ont été traduits en italien, roumain, espagnol, néerlandais, croate, serbe, macédonien, hongrois,… Plusieurs poèmes ont été mis en musique et exécutés en concerts. Un disque de textes dits, Vers le voyage, a paru aux éditions de l’épinette à Merville (2007).
On peut consulter :
Georges Thinès et Pierre Romnée, André Doms/ entre épopée et lyrisme, aux éditions L’Age d’Homme, Lausanne-Paris, 2008.

Le livre :

Doms ne dissimule rien au lecteur, interpelle, n’hésite pas à jeter un regard pénétrant et critique sur la société. De là, l’expression d’une éthique fondée sur la désobéissance sensuelle à la mort : pari pour l’amour où se noue le regard et pour le poème/sans appel, nos seuls recours. Une quête personnelle, forcément imparfaite puisque chemin des hommes, coulée dans une langue ni conventionnelle ni secrète, sobre, parfois d’une violence contenue qui garantit un poète authentique. Nécessaire.

Max Alhau


Extraits :

1

Le temps long pour la terre, d’accoucher. Lui vienne un homme au sein du jour touffu de formes et de fantômes. Brûlé, roulé d’emblée dans le linceul de l’heure, langé, rangé, mangeur
mangé.

Puis, je le sens, bientôt marcher. Dans la caillasse, mollets noueux, chevilles enflées, garder cadence.

Qui suis-je qui m’approche, me fuit ? Mémoire. Oubli. Du vent sous les paupières, j’interroge ma cécité.