Maison de la poésie Revue L’Arbre à Paroles Imprimerie Le CEC Plume et Pinceau Auteurs en Résidence Le Théâtre Galerie expo
 
 
 

L'Avaloir des chimères - Guy Beyns


ISBN : 978-2-87406-528-5
Nombre de pages : 61
Parution : Décembre 2011
Auteur : Guy Beyns
Titre : l'avaloir des chimères
Collection : L'Arbre à paroles
Format : 10 X 13
Prix :5 € (frais d'envoi inclus)

 
 
Né à Uccle en 1943. Ancien professeur auprès d’adolescents en difficulté, se consacre actuellement à l’expression littéraire et plastique.
Acollaboré à plusieurs revues littéraires dont : Le Spantole, Inédit nouveau, Les élytres du hanneton… Aobtenu plusieurs prix et distinctions en Belgique comme en France.
Membre des Ateliers du Livre à Mariemont. Sélectionné au prix des artistes du Centre 2002. Sélectionné avec mention au prix des Arts 2010 de Woluwe-Saint-Pierre. Lauréat du prix Hermès des Arts 2010 de Braine-le-Comte.
Dernières publications :

Spéléo des errances, Dricot, 1982 – Les aires du désir, Dricot, 1984 – Espérance longue gésine, La Dryade – Dans ce court labyrinthe, chez l’auteur, 1990 – émergence du terreau, Le Gril, 1991 – Poussières de paille, Le Non-dit, 1995 – Mon double et mon absence, Le Gril, 1997 – Mémoire roche fendue, Le Gril, 2001 – Patience aux aguets, Le Gril, 2005.


L'ouvrage :

Guy Beyns semble éviter la ville, la faconde, la mort ; il préfère les silences, les espaces blancs qui emplissent la page, il cherche dans les recoins des greniers de l’enfance des mots, rares et impatients, dépouillés de leurs lieux communs, qui disent l’essentiel de la vie, loin du monde et de ses foutaises. Dans sa quête de la parole égarée, le poète cherche le feu, c’est à dire une rencontre avec le monde, mais

il est souvent
coureur de cendres

sous les cendres
couve la flamme
puis le brasier
chauffe les paumes

parfois les mue
en caresses

Sur les chemins de l’écriture, entre joie et lassitude, le pérégrin marche comme on rit / à la frange des mots.
Entre les mots de L’avaloir des chimères, j’ai cru entendre bruire la poésie.

Alain Dantinne

Extraits


 Ne garder que les mots
Où le vent prend du sens

entendre bruire
leur goût de fruits