Maison de la poésie Revue L’Arbre à Paroles Imprimerie Le CEC Plume et Pinceau Auteurs en Résidence Le Théâtre Galerie expo
 
 
 

Il ne portait pas de chandail - Annick Walachniewicz


     

Auteur : Annick Walachniewizc
Titre : Il ne portait pas de chandail
Collection : iF
Format : 12 x 20
Prix : 18,00 €
Nombre de pages : 200
ISBN : 978-2-87406-666-5
Parution : janvier 2018

Ce roman est finaliste
du Prix Première 2018

 

 
 
Article paru dans la Libre Belgique du lundi 5 mars 2018

Annick Walachniewicz, née d’un père réfugié polonais déporté durant la seconde guerre, passe les premièresannées de sa vie dans l’ignorance de ce secret. La déportationde son père, elle ne l’apprend que douze annéesaprès la mort de celui-ci. Le choc passé, elle s’interroge :

« Comment se fait-il que tu ne sois pas plus bouleversée, que ta vie se poursuive indifféremment ? » Déboussolée, elle commet vingt pages illisibles, maladroites, dans unesorte de transe, puis se met à lire des ouvrages sur la secondeguerre mondiale et les camps. Elle l’ignore encoreà l’époque, mais ce travail d’exploration du souvenir,d’organisation de la mémoire – qu’elle nomme joliment« pêche aux vérités » – va l’occuper plusieurs années: le temps qu’il faut pour rendre compte d’une histoire familiale aussi belle que complexe, entre Est et Ouest.

Car ce livre, qui s’ancre dans la terre noire des campagnes de Pologne, raconte avant tout le long cheminqui mène ou ramène à soi, après le détour de l’exil. L’écriture en est sèche, elle goûte le limon et la cendre,pourtant c’est l’eau qui l’a fait éclore. L’eau d’un bassinde natation où, durant toutes ces années, l’auteurs’est immergée, convaincue que la nage était ce pontsecret vers le passé de son père. À travers un roman poignant, Annick Walachniewicz pose au final desquestions essentielles sur la vie et la mort, sur le souvenir, la joie et le pouvoir thérapeutique des mots. Il ne portait pas de chandail est le roman d’une guérison.

Annick Walachniewicz est née en 1959. Elle aime glaner dans les marges les petits riens de l’existence, avec des photos ou des mots. Peindre (elle est plasticienne) lui a appris à regarder. La scénographie (elle a créé une compagnie de théâtre jeune public avec le comédien marionnettiste JC Lefèvre) lui a donné le goût des matières et de la récupération d’objets. Quand elle le peut, elle visite deux arbres, un très beau tulipier et un hêtre majestueux, dont elle écrit les confidences.

Il ne portait pas de chandail est son premier roman.