Maison de la poésie Revue L’Arbre à Paroles Imprimerie Le CEC Plume et Pinceau Auteurs en Résidence Le Théâtre Galerie expo
 
 
 

Furtive écoute - Jean-Vincent Verdonnet


ISBN : 978-2-87406-530-9
Nombre de pages : 66
Parution : Janvier 2012
Auteur : Jean-Pierre Verdonnet
Titre : furtive écoute
Collection : L'Arbre à paroles
Format : 10 X 13
Prix :5 € (frais d'envoi inclus)

 
 
Jean-Vincent Verdonnet est né le 19 avril 1923, à Bossey, Haute-Savoie. études secondaires classiques et de droit. Combattant volontaire de la Résistance et de la seconde Guerre Mondiale. Carrière dans l’industrie. Parallèlement, il a publié plus d’une trentaine de recueils de poèmes et collaboré à des périodiques littéraires. Lui ont été consacrés deux monographies, des numéros spéciaux de revues, de nombreux articles de presse, un colloque à l’université de Lyon en 1996, un second à l’université d’Angers en 1998. Sociétaire des Gens de lettres de France, membre du PENClub et de l’Académie de Savoie et du Who’s who, il est Commandeur des Arts et des Lettres.
Dernières publications :

Ce battement de la parole, éditions Rougerie, 2002 – Droit d’asile, éditions Voix d’encre, 2003 – Ombre aux doigts de sourcier, éditions Voix d’encre, 2005 – Jours déchaux, éditions Rougerie, 2006 – Mots en maraude, éditions Voix d’encre, 2008 – Dernier fagot, éditions Rougerie, 2011.

L'ouvrage :

Né le 19 avril 1923 en Haute-Savoie, Jean-Vincent Verdonnet y vit toujours, fidèle à ces paysages de montagnes et à la rudesse de ce pays. Une existence en poésie avec une trentaine de recueils parus. Dans une Furtive écoute, des poèmes courts – des tercets pour la plupart – en communion avec ces petites choses qui sont de la vraie vie, comme «Le reflet d’une aile sur l’eau / Sa proposition fragile / qui s’adresse aux jours à venir». Pour le poète, un être toujours en résistance (et il fut, naturellement, de la Résistance), il s’agit d’«écrire une dernière fois / en laissant au creux de la page / la semence noire des mots / pour une moisson de lumière».

Francis Chenot



Extrait

Le reflet d’une aile sur l’eau
Sa proposition fragile
qui s’adresse aux jours à venir

Dans ce souffle qui te précède
pourrait-il s’éclairer le nom
du pays dont vivent tes rêves

La feuille qui bouge te parle
puis immobile elle partage
le plus secret de ton silence

écrire une dernière fois
en laissant au creux de la page
la semence noire des mots
pour une moisson de lumière