Maison de la poésie Revue L’Arbre à Paroles Imprimerie Le CEC Plume et Pinceau Auteurs en Résidence Le Théâtre Galerie expo
 
 
 

Entre l'air et le feu - Jean-Damien Roumieu


ISBN : 978-2-87406-484-5
Nombre de pages : 72
Parution : 2010
Auteur : Jean-Damien Roumieu
Titre : Entre l'air et le feu
Collection : L'Arbre à paroles
Format : 13 X 20
Prix : 12 € (frais d'envoi inclus)

 
 
L'auteur

Né en 1949 dans l’Ariège, fait des études d’histoire de l’art, mais bifurque bientôt sur une voie humanitaire, s’employant auprès d’enfants handicapés, de réfugiés du Sud-Est asiatique, d’enfants de quartiers défavorisés.
Plus tard, il revient à ses premières aptitudes en pratiquant, en Avignon, le métier de journaliste et critique d’art.
À présent à la retraite, il vit dans un village du Gard, en compagnie de son épouse et de ses chats. Il consacre tout son temps à l’écriture.
Publications :

Le Vif Aimer, Silex/Nouvelles du Sud, 1997
Visage du fleuve, Silex/Nouvelles du Sud, 2000
Ebouriffé dans le miroir, (grand prix des écrivains méditerranéens), Souffle, 2005
L’or et la cendre, (prix de la ville de Béziers), Jacques Brémond, encres originales de Marcel Robelin, 2008
Veille le vent, Encres vives, 2009
Ton monde est le mien, anthologie de poètes contemporains, L’atelier Imaginaire/Le Castor Astral, 2009
L’Être, l’éclat et le vide de l’Être, Rivières, (livre d’artiste avec Sylvie Deparis), 2009
Plus de lumière contient l’air, (livre d’artiste avec Mireille Laborie), 2010
Trajectoire de la flèche, Encres vives, 2010

Publications en revues : Sud, Autre Sud, les Archers, Poésie première, Aujourd’hui poème...

Finaliste du prix Jean Follain, 2006
du prix Max Pol Fouchet, 2006, 2007, 2009
du prix Illarie Voronca, 2007

Le livre
:

Né en Ariège et aujourd’hui à la retraite à Rochefort-du-Gard (Avignon n’est pas loin mais c’est ici la campagne, les vignes) après une vie passée à tenter de rendre ce monde plus habitable, Jean-Damien Roumieu prend le temps d’écrire, car il sait que la vérité du poème est dans l’écart et que « La traversée est lente / du berceau au linceul ». Entre l’air et le feu, il guette « la trace de l’ange » : un passage d’oiseau ou l’émergence du poème quand « le ciel se lève nu / et s’habille de lin ou de silence. Car le silence est là qui veille, proche d’une parole dépouillée, aimante.

Francis Chenot


Extrait :

Même si le jour bascule,
même si la pluie
fait fondre mon argile,

je garderai sur ma peau
la trace de l’ange.

La trace de la transe native,
ton corps mêlé au mien
par-dessus les collines.