Maison de la poésie Editions L’Arbre à Paroles Revue L’Arbre à Paroles Imprimerie Le CEC Plume et Pinceau Auteurs en Résidence Le Théâtre Galerie expo
 
 
 

Dressé actif j'attends - Jean de Boschère


ISBN : 978-2-87406-325-8
Nombre de pages : 172
Parution : 2006
Auteur : Jean de Boschère
Titre : dressé, actifs j'attends
Format : 12x20 cm
Collection : l'Arbre à paroles
Prix : 15 €

 
 
L'auteur
 
Jean de Boschère né à Uccle en 1878 est à la fois peintre, graveur et poète. Élève de l’École des Beaux-Arts d’Anvers de 1894 à 1900, il fréquente les milieux littéraires parisiens à partir de 1901. Se lie d’amitié avec Suarès et Elskamp. En 1915, il gagne Londres où il séjournera jusqu’en 1923; il y fréquente les Imagistes anglais (Beardsley, Pound, Aldington) ainsi que Huxley et Lawrence. Retour à Bruxelles en 1925. Rencontre Artaud en 1926 et Milosz en 1929. S’installe à La Châtre avec Elisabeth d’Ennetières en 1945. Meurt le 17 janvier 1953.
 
Bibliographie
 
Bibliographie complète dans Christian Berg, Jean de Boschèreou le mouvement de l’attente (Bruxelles, Académie Royale de Langue et de Littérature Françaises, 1978), ouvrage fondamental sur l’homme et l’oeuvre. Signalons toutefois parmi les poèmes Dressé Actif J’attends (1936), Héritiers de l’abîme (1950) et Le Paria couronné (posthume, 1956) et parmi les proses Marthe et l’enragé (1927) et Satan l’Obscur (1933) ainsi que de nombreux essais.
 
L'ouvrage

Dressé actif J'attends : titre volontaire et provocateur qui proclame l'indépendance de Jean de Boschère à l'égard des institutions et des idéologies, et aussi son attente fervente d'un sens de l'existence. Homme austère, intransigeant, essentiel, méconnu, en qui pourtant Artaud reconnaissait son maître.


Georges Thinès

Extrait

Hommes de Quart sommes-nous sans espoir
dans le tournoi démoniaque des temps
dans le combat d’ailes noires et crocs sanglants
sentinelles des eaux des nuages et des terres
sans espoir enchaînés perdus de glace
sur nos pistes des nords Hommes de Quart
Un geste du bras, un court mot signifi é
lueurs de phosphore dans l’étuve de brumes
et le renard veille les ombres comme le liège un
tire-bouchon

sommes-nous sans voix sentinelles vigies des terres
et des mers

es-tu sans voix Homme de Quart
crains nos impatientes fureurs nos débâcles
à l’image des naufrages que tu scrutes