Maison de la poésie Revue L’Arbre à Paroles Imprimerie Le CEC Plume et Pinceau Auteurs en Résidence Le Théâtre Galerie expo
 
 
 

Dans ce qui nous danse - Pierre Schroven


ISBN : 978-2-87406-526-2
Nombre de pages : 56
Parution : Décembre 2011
Auteur : Pierre Schroven
Titre : Dans ce qui nous danse
Collection : L'Arbre à paroles
Format : 13 X 20
Prix :7 € (frais d'envoi inclus)

 
 
Poète et critique, Pierre Schroven est né à Charleroi et a une formation de bibliothécaire-documentaliste dans le cadre de laquelle il a organisé des ateliers d’écriture en partenariat avec des musées, des écoles et maisons des jeunes afin de promouvoir la lecture dans les milieux socialement défavorisés. Il est membre du comité de rédaction de la revue de l’Arbre à paroles.

Publications à l’Arbre à paroles :

Paupières-Marées
Toi, l’instant
Contre-jours
états d’âme d’un feu
Matière d’énigme
Chemins du possible
Preuves de la vie même 

Dans ce qui nous danse évoque un vertige où le poète tombe de lui-même en lui-même, dans un dédoublement, état second dont il ne veut s’absenter puisqu’il y vit à l’intérieur de son énigme, passe comme l’enfant d’un seul coup / Du côté de ce qui n’est pas pour joindre un idéal absolu, pas loin de la spiritualité amérindienne, et y demeurer dans les jardins d’une liberté amoureuse. Démarche âpre, d’une violence contenue, où il refuse de devenir celui que les autres veulent qu’(il soit) et jusqu’à l’envie morbide d’être quelqu’un. Et dès lors il se fraie un chemin/ À travers les hautes herbes d’une langue/ Où l’inespéré se détend en silence, une poésie qui progresse hors tout souci, brise les barreaux de l’espace, illumine l’arrière-pays des yeux et, pris d’une danse soudaine, ses mots trouvent leur raison d’être / Dans l’effeuillement de tes mains sur ma peau. Le livre d’une quête spirituelle.

André Doms


Extraits

Ecrire c’est disperser des ombres
S’en aller comme on peut
Par une porte dessinée dans l’air
Pour s’habiller du corps d’une liberté
S’écoulant comme une rivière
                           dans l’infini du monde