Maison de la poésie Editions L’Arbre à Paroles Revue L’Arbre à Paroles Imprimerie Le CEC Plume et Pinceau Le Théâtre Galerie expo
 
 
 

Ce jour/Empreinte suivi de La voix au loin - Joël-Claude Meffre




ISBN : 978-2-87406-469-2
Nombre de pages : 56
Parution : 2010
Auteur : Joël-claude Meffre
Titre : Ce jour/Empreinte suivi de La voix au loin
Collection : L'Arbre à paroles
Format : 13 x 20
Prix : 10 € (frais d'envoi inclus)

 
 
L'auteur

Joël-Claude Meffre est né en 1951 dans le Vaucluse (France). Il a passé son enfance en milieu rural et toute sa poésie indique combien il y reste attaché. Il vit aujourd’hui près de Vaison-la-Romaine. Archéologue, il a également effectué des études littéraires et de philologie. Il a publié ses premiers livres de poésies chez fata Morgana à l’invitation de son directeur, Bruno Roy. Principaux livres publiés : Une geste des signes (Fata Morgana, 2002) ; L’abord (Fata Morgana, 2003) ; De la chaux sur les ombres (Fata Morgana, 2003) ; Atteinte au Visage (Fata Morgana, 2004) ; Dans les souffles (Fata Morgana, 2009); Trois figures d’oubli (Tarabuste, 2009).

Le livre :

Parole discrète que la parole poétique de Joël-Claude Meffre. Toujours il tente de s’approcher du plus insaisissable à la manière
d’un recueillement qui vient inscrire
dans la mémoire les instants vécus les plus aléatoires, et pourtant que l’on porte toute sa vie, les attentes les plus fondamentales parce que insaisissables. Dans la première suite de textes qu’il propose ici, qui évoque aussi l’instant d’une crémation, ce qu’elle signale de toute l’histoire de l’humanité, cet instant d’attention à la mort à travers l’attention portée au mort, sur lequel se construit une culture, une civilisation, même. Ces rites retracés par la redécouverte de traces enfin retrouvées, ce qui naît de « tous les gestes » en définitive, nous rappellent, si c’était encore nécessaire, que Meffre est aussi archéologue, et que sa lecture de tout ce qui compose notre monde, que tout ce qui vient des êtres, s’en trouve par là même traversée.

Pierre-Yves Soucy

Extraits :

Ce qui s’est logé dans les mémoires de ce jour-ci, rien,
ça va sans dire, n’en est jamais entré.

C’est du temps pourrait s’énoncer allusion.
Une illusion,
à défaut.
Une allusion à ce qui n’existe seulement que par quelques ombres.

Ce peut être quelque chose qui a été appelé de si loin,
nommé vers moi, sans plus.