Maison de la poésie Revue L’Arbre à Paroles Imprimerie Le CEC Plume et Pinceau Auteurs en Résidence Le Théâtre Galerie expo
 
 
 

Autoportraits - Carlos Vitale


ISBN : 978-2-87406-547-7
Nombre de pages : 56
Parution : Avril 2013
Auteur : Carlos Vitale
Titre : autoportraits
Collection : POM
Format : 13 X 20
Prix :7 € (frais d'envoi inclus)

 
 
Carlos Vitale est né en 1953 à Buenos Aires (Argentine). Il est licencié en philologie hispanique et en philologie italienne. Entre autres livres, il a publié Unidad de lugar (Editorial Candaya, Barcelona, 2004) et Descortesía del suicida (Editorial Candaya, Barcelona, 2008). Il a traduit de nombreux poètes italiens et catalans : Dino Campana (Prix de traduction Ultimo Novecento, 1986), Eugenio Montale (Prix de traduction Ángel Crespo, 2006), Giuseppe Ungaretti, Gerardo Vacana, Sergio Corazzini (Prix de traduction du Ministère italien des relations extérieures, 2003), Amerigo Iannacone, Umberto Saba (Prix de traduction Val di Comino, 2004), Giuseppe Napolitano, Sandro Penna, Emilio Paolo Taormina, Antoni Clapés, Joan Brossa, Josep-Ramon Bach, etc. Il a participé à des festivals, des lectures et des rencontres de poésie en Argentine, Espagne, Venezuela, Arménie, Italie, Suisse, Roumanie, Estonie, Grèce et France. Il vit à Barcelone depuis 1981.
Né en Argentine, Carlos Vitale vit depuis plusieurs années à Barcelone. Un prénom ibérique et un patronyme italien : tout un symbole pour cet homme qui se veut un passeur entre l’italien et l’espagnol (Carlos Vitale a, parmi beaucoup d’autres, notamment traduit Giuseppe Ungaretti et Gerardo Vacana). En outre, il est poète, traduit ici par Paul Mathieu. Deux veines dans ces Autoportraits. Une majortié de poèmes épurés, ramenés à l’essentiel, presque des aphorismes : «Quel autre viatique – en effet – que l’enfance ?» Et puis ces variations sur le personnage picaresque nommé Laguardia, qui change de nationalité selon ses prénoms : Giovanni, Jean, João, John ou Juan. Comme un clin d’oeil dans un propos souvent grave sur la vie, l’amour et la mort.

Francis Chenot



Extrait :


 Aime-moi comme ta peau

Aime-moi
comme le souvenir de ta peau m’aime.