Maison de la poésie Editions L’Arbre à Paroles Revue L’Arbre à Paroles Imprimerie Le CEC Plume et Pinceau Le Théâtre Galerie expo
 
 
 

Archives d'îles - Jacques Moulin




ISBN : 978-2-87406-495-1
Nombre de pages : 68
Parution : 2010
Auteur : Jacques Moulin
Titre : Archives d' îles
Collection : L'Arbre à paroles
Format : 12,5 x 20
Prix : 10 € (frais d'envoi inclus)

 
 
L'auteur

Jacques Moulin est né le 8 février 1949 en Haute Normandie. Il vit à Besançon. Il a fondé et co-animé pendant onze années les « Jeudis de poésie » à l’université ouverte de Franche Comté. Auteur de plus d’une quinzaine de livres de poésies, il a également collaboré à plusieurs revues, notamment : À L’Index, L’Atelier contemporain, La Barbacane, NU(e), La Revue des Belles Lettres, etc… Derniers livres publiés : Une échappée de poireaux, (dessins de Evelyne Debeire), éditions Tarabuste, 2006 ; Penche-toi, éditions Joca Seria, 2007 ; Sonorités, (gravures de François Ravanel), Atelier Dutrou, 2007 ; Arbres d’hiver, (peintures de Charles Belle), Coédition Galerie Bruno Mory / La Maison Chauffante, 2008.

Le livre :

Ce qui du jour ou de la nuit s’agite sur les îles permet de rapprocher le monde et les choses de soi, tout ce qui à la fois s’impose et s’en échappe, ce qui s’oblige et se dérobe à nous-mêmes. Et tout ce qui est vu, sous la succession de ces instants concentrant l’attention, vient en nous de manière à nous habiter avec la violence de la subtilité et de la discrétion. Ces Archives d’îles de Jacques Moulin, où alternent prose et vers libres, ne sont pas des archives fictives, elles sont bien réelles. Les îles de Sein, de Batz, de Bréhat et d’Ouessant apparaissent comme autant de lieux où l’on s’avance sans prudence face à l’absence de murs, si ce n’est à l’affront des limites de la mer et du ciel, quels que soient les noms que l’on donne à ceux-ci, comme à tout ce qui les habite. Les îles sont le lieu de l’homme. Lieux d’incertitude, de l’ailleurs radical, ils conduisent à une méditation sur ce qui, entre hauteur et profondeur, gronde, comme pour se tenir au gouffre / pour se donner du coeur à l’abyme: lieux où la frontière fragile qui nous sépare (de ce qui est) semble se déchirer.

Pierre-Yves Soucy


Extraits :

Une île pour deux
Deux îles ici
Et puis aussi
Îlots îlets
Petits bourrelets
Rochers dessus
Asseoir l’assise

Deux îles pour deux
Et qu’on relie
Refont une île
Il elle en un
Ça nous convient

Ton aigue-marine
A reflets d’océan
Tu navigues ton doigt
Sous la ligne des digues